This article has 4 comments

  1. Marcel CHANET Reply

    Pour ma part , et j’en ai laissé quelque mots à notre Présidente , j’ai été plus que surpris par les termes employés par le jury cette année. Nous sommes des amateurs avant tout , ce jury ne semble pas en tenir compte . Jamais on a ” descendu ” mon film comme cette année … si bien que , pour l’avenir , je ne concourerai jamais plus chez Cinevif mais dans bien d’autres concours dans lesquels , non seulement il m’arrive de remporter quelques succès ( mais là n’est pas mon but essentiel ) mais surtout on nous traite beaucoup mieux … dommage .

  2. Guy LAMOUROUX Reply

    Je suis totalement d’accord avec l’ensemble des remarques d’Olivier.
    Le fait par exemple de n’attribuer aucun MÉLIÈS pour les films minute et d’en désigner 4 pour la sélection nationale est aberrant.
    De plus le commentaire sur la fiche d’évaluation est n’importe quoi.
    Ceci a d’ailleurs provoqué ma réaction consistant à écrire à la présidente du jury qui m’a d’ailleurs répondu de façon très courtoise. (je ne suis malgré tout pas satisfait de sa réponse).

  3. Jean-Pierre MASSON Reply

    Je partage totalement le commentaire d’Olivier DARNAY. Un concours amateur comme le nôtre mérite sensiblement plus d’encouragements par le biais de récompenses même modestes. Or cette version 2019 fut une douche froide pour beaucoup d’entre nous.

  4. Olivier DARNAY Reply

    IMPRESSIONS MELIES DU COURT METRAGE 2019
    Ces Méliès du court métrage 2019 nous ont permis d’apprécier de très nombreux films originaux et très diversifiés, démontrant ainsi et d’année en année, la progression du niveau qualitatif des réalisations des adhérents CINÉVIF. Cette nouvelle mouture, de par l’extrême sobriété de son palmarès minimaliste, s’est orientée sur la production de la sélection nationale ainsi que les Méliès d’Or et d’Argent. Le jury a de la sorte récompensé 16 films (dont 3 films en double prix) sur un total de 51 films présentés, laissant toutefois dans l’ombre un grand nombre d’autres réalisations (aucune nomination ni attribution de Méliès de bronze par exemple), faussant grandement l’esprit de ce festival amateur en regard aux festivals CINÉVIF antérieurs.

    Rappel de la mission du jury : « Le but est de distinguer un maximum de réalisations en faisant ressortir ce qui fait la valeur du film. Une distinction est sans nul doute ce qui encouragera un réalisateur à poursuivre son travail et, en continuant à participer à des manifestations, à s’améliorer. ».

    Hors, le jury, certes souverain, mais vraisemblablement non imprégné de l’esprit des festivals antérieurs, n’a pas tenu compte des recommandations permettant l’élaboration d’un palmarès adapté à ce concours amateur. De la sorte, il s’est orienté vers un concours résolument élitiste. En outre, les fiches d’appréciation des films qui ont été transmises à notre club sont des fiches uniques, maladroites ou incompréhensives, très sommaires, aux remarques totalement gratuites (voir *1), manifestement hors sujet et/ou non constructives (voir *2) , sans aucunes retranscriptions de l’appréciation des différents jurés. Décevant.

    (*1) : Commentaires portés sur la FICHE JURY (fiche unique) des Méliès du court métrage 2019 pour le film « TEOSP Services » :
    « Au même titre qu’une œuvre plus longue, un film minute demande du soin dans son écriture et sa réalisation. ».
    Hors, ce film m’a demandé beaucoup de temps et d’investissement personnel car j’ai participé avec succès au cours FUN MOOC de l’École de l’Image des Gobelins (diplômé en nov. 2017) sur le thème : « Réaliser des vidéos pro avec son smartphone. ». L’un des exercices (exercice n°3) consistait à réaliser un film promotionnel ou faussement publicitaire. J’ai constitué ainsi tout un dossier de réalisation avant même d’entamer le tournage proprement dit. De la sorte, cette affirmation non fondée émise par le jury, et totalement gratuite, n’illustre en rien ce qui aurait été bâclé dans l’écriture ou la réalisation de ce très court métrage de 30 secondes !

    (*2) : Commentaires portés sur la FICHE JURY (fiche unique) des Méliès du court métrage 2019 pour le film « Le Discours », film club du Club Audiovisuel du Bouchet : acteurs peu crédibles, incrustations sur trajets voiture maladroits, décors manquant de soin, chute prévisible. Il serait trop long de développer ici la genèse de ce film club autoproduit sans profusion de moyens, réunissant deux acteurs principaux bénévoles, et dont la réalisation, et notamment le montage, a duré plus d’un an. Certes, nous n’avons pas la prétention de nous prendre pour des professionnels ! Nous ne sommes que des amateurs passionnés ayant été tous très impliqués et attentifs à la qualité finale de cette production. Nous avons donc vécu une belle aventure, mais toutefois avec l’amère sentiment d’avoir été descendu en flèche par un jury incompétent (?) en la matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *